Pantalonade


Infortunés touristes qui devez vous rendre au Sénégal, je vous plains ! Ma fille doit venir passer une semaine de vacances chez moi à Djilor, dans la magnifique région du Saloum, et j'ai essayé de remplir le formulaire par Internet. Son travail ne lui permet pas de se rendre au consulat, dont tout le monde s'accorde à dire que c'est un foutoir innommable, ce qui me paraît loin en dessous de la réalité à voir quelques vidéos qui ont circulé sur U-tube.

Comme dit dans mon précédent post, il faut passer par Google ou un autre explorateur, ce site ne fonctionne pas sur Safari !

Quand après trois jours de vains essais j'ai débusqué ce vice dans l'accès au site, que rien n'indique sur les pages de la SNDEAI, naturellement, j
e pensais être au bout de mes peines. 


Eh bien détrompez-vous, voila ce à quoi vous devez vous attendre. J'en suis à mon dix-huitième essai, de 20 mn chacun. En effet, dès que vous rentrez sur le site, une petite horloge entame un compte à rebours, et vous ne disposez que de 20 minutes pour remplir le formulaire et payer. Au bout des vingt minutes fatidiques, vous êtes renvoyés à la page d'accueil, sans autre forme de procès. La connexion (au Sénégal) est d'une lenteur digne d'un film à suspense (176ème sur 183 au classement de la rapidité de la connexion Internet sur la planète); le temps d'ouverture entre les pages est d'une minute au minimum, souvent davantage.

Si vous êtes un as du clavier et que vous avez déjà réduit tous vos documents en JPG compressé pour gagner du temps de téléchargement, vous pensez être au bout de vos peines. Que nenni ! Lorsque vous arrivez à la page sur laquelle on vous demande votre contact au Sénégal et que vous inscrivez dûment le nom de votre hôtel ou de votre famille d'accueil, le site refuse, sans explication ! Pour ma part, j'ai essayé mon adresse (je suis résident), celle de mon épouse au village, un hôtel voisin, rien n'est accepté. 
Aucune information sur le site, j'ai peut-être oublié quelque chose ou je n'ai pas compris une consigne, et mes messages désespérés à la SNDEAI sont restés lettre morte.

Je me mets à la place du touriste qui va, comme moi, passer 5 heures à essayer de remplir ce damné formulaire : il aura déjà un souvenir de voyage avant même d'avoir mis un pied au Sénégal.

Je ne sais plus quoi faire, et malgré le calme et la sérénité qui me caractérisent aux yeux de ceux qui me connaissent bien, je dois bien en arriver à une fâcheuse conclusion : 

On se fout de la gueule du monde !

Mai 2013

© Reginald GROUX 2014