Miroir aux alouettes


Intrépides investisseurs  étrangers qui projetez de mettre toutes vos économies dans un projet touristique au Sénégal, vous n’aurez pas manqué de musarder sur Internet pour voir tout ce que ce beau pays offre comme ressources attrayantes pour le touriste européen qui a bien besoin d’un peu de soleil, de sourires, de chaleur humaine, pour se persuader que le monde existe encore. Ah, fuir quelques jours cette France, à ce point civilisée que tout ce qui n’est pas interdit devient obligatoire, et à ce point égalitaire que nous finissons tous par ressembler à des rats de laboratoire ! Grapiller quelques jours de soleil et de farniente sans avoir à faire dix heures d’avion, sans être saoulé de fatigue par cinq heures de décalage horaire, sans avoir besoin d’un dictionnaire pour commander une pizza, au risque de voir arriver dans l’assiette la spécialité locale de beignets de tripes au fiel ranci si vous n’avez pas mis l’accent tonique sur la bonne syllabe, enfin quoi, prendre des vacances à l’étranger comme si vous étiez toujours en France. Voilà de quoi attirer du monde songez-vous. Quoique, à mon corps défendant, je dois vous prévenir que si vous habitez du côté de la porte de Clignancourt ou dans certain quartier de Barcelone et que vous venez à Saly, vous risquez d’être surpris car la population blanche y sera bien plus nombreuse que dans votre quartier d’origine. Mais à tout bien y réfléchir, ce sera toujours un dépaysement.

Voilà déjà que je m’éloigne de mon propos. Revenons donc à Internet, et après nous être longuement abreuvés d’images plus alléchantes les unes que les autres, prenons notre destin en main avec tout le sérieux qui s’impose. Car toutes ces images, ce ne sont peut-être que des leurres, des publicités déguisées, des palmiers de carton sur un ciel retouché. En affaires, il faut savoir prendre quelques précautions.

Avec la sagacité qui vous caractérise, et grâce à laquelle vous avez pu réunir un pécule pour envisager de mener à bien votre beau projet, vous vous dites qu’il faut aller voir ce qu’il en est vraiment sur le site du ministère du tourisme, et vous avez parfaitement raison.  Quoi de plus officiel et de plus solide que des informations émanant d’un ministère, je vous le demande ?

Des médisants vous auront dit que les sites du gouvernement sénégalais ne sont pas toujours mis à jour et vous vous précipitez sur la première page : ouf, le ministre est bien Youssou Ndour, la page a été réactualisée, le site fonctionne, vous êtres rassurés, il y a un pilote dans l’avion. L’onglet consacré au ministère, ainsi que toutes les rubriques et sous rubriques foisonnent de renseignements, noms, numéros de téléphone, on sent du sérieux, du solide, du concret, vous êtes réconfortés.

Vous passez naturellement à l’onglet « activité », pressé de savoir ce qui se passe, quelles seront les stratégies et les options liées à votre projet. La première rubrique « agenda » vous informe d’événements datant de 2011 et d’une « journée mondiale du tourisme » prévue en septembre 2013. Rien pour 2012. L’agenda est vide, et vous pensez tout naturellement à un oubli car il ne peut se faire qu’il ne se soit rien passé pendant un an. Vous allez donc  explorer les rubriques « avis » et « réalisations » pour compléter les informations que vous recherchez. Surprise ! Les pages sont vides ! Pas même un mot d’excuse pour dire que les informations sont en train d’être réactualisées ! Le vide intégral. On a beau être au Sénégal, on patauge dans la choucroûte…

Votre enthousiasme vient d’être un peu ébranlé mais vous êtes un battant et vous allez donc voir l’onglet « projets », et vous faites bien car là, vous êtes tout de suite rassurés. Un lien vous redirige vers le site de la SAPCO et un rapide calcul vous apprend que, rien que sur la Petite Côte et dans le Sine Saloum, il y a 13 365 chambres de prévues. Vous êtes bon gestionnaire et vous calculez immédiatement que 13 665 chambres occupées, en étant pessimiste, deux cents jours par an font 2 673 000  nuitées pour une moyenne de 381 000 touristes séjournant une semaine chacun. Vous voilà requinqué, déjà prêts à agrandir votre campement, qui n’existe encore que sur le papier, pour faire face au déferlement des touristes. Et que faites-vous illico ? Vous allez naturellement voir l’onglet « investir » pour vous aider à aller plus loin en connaissance de cause. Vous êtes sur la page intitulée « 10 bonnes raisons d’investir au Sénégal ». Resurprise ! Le point N° 6 dit très exactement : « Potentiel de développement important 1 500 000 touristes en 2010 ». Mais vous avez lu partout que le tourisme au Sénégal est à son point le plus bas, avec peut-être moins de 200 000 touristes en 2013 !

Vous êtes perplexes, et on le serait à moins. Vous balayez hâtivement les onglets du site pour vous faire une idée générale avant de vous plonger dans les détails de projet qui n'existent pas et de faire foi en des prévisions obsolètes.

- Onglet Coopération : vide

- Onglet Législation et réglementation : une liste impressionnante de textes légaux, mais aucun lien ne fonctionne, vous n’êtes pas plus avancé.

- Onglet Offres touristiques : trois lignes seulement, Agences de voyages, Hôtels, Restaurants. C’est tout, aucun renseignement, aucun lien, juste ces trois rubriques vides de tout contenu, pour ne pas dire de tout sens.

- Onglet Formalités d’entrée et de séjour : vous apprenez que les ressortissants de l’Union Européenne sont dispensés du visa et vous commencez à vous demander sérieusement si on ne se moque pas de vous. Mais en regardant en bas de la page vous vous rendez compte que sa dernière mise à jour date de juillet 2005, ce qui ne fait que reposer le même problème sous un autre angle…

- Onglet Agréments : un tas de renseignements sur les conditions pour faire ceci ou cela, dès qu’il s’agit de règlementer, on est certain que les informations circulent.

- Onglet  Conditions d’ouverture d’une école de formation touristique : Idem précédent.

- Onglet Formation : très bien renseigné, et sans doute très utile, voilà une vraie page !

- Onglet Publications : deux rubriques sur trois sont vides de tout contenu.

- Onglet Secteur Privé : trois sous rubriques, Tourisme, Loisirs et Autres organisations, toutes trois vides…

- Onglet Le Sénégal : Des rubriques et sous rubriques bien documentées, sauf que vous êtes tout de même surpris de lire qu’en 2000 le Sénégal a connu une alternance avec l’élection de Monsieur Abdoulaye Wade et que le temps semble s’être arrêté là puisque on n’y évoque nulle part sa culottée à la dernière présidentielle et l’avènement de Macky Sall…

J’ai déjà abusé de votre patience et aussi, je vais devoir conclure rapidement, ce qui n’est pas difficile, car à ce point de votre lecture vous vous posez la même question que moi :

Sauf à imaginer que le Ministère du Tourisme et des Loisirs est géré par des irresponsables, ne serait-on pas en train de prendre les futurs investisseurs pour des imbéciles ?

Août 2013

© Reginald GROUX 2014